Mon vécu

Ce que je souhaite vous partager aujourd’hui, n’est rien d’autre que mon expérience, toute personnelle, et ma compréhension de ce qui a pu se passer pour moi.

Je ne suis pas médecin, ni psychologue certifiée (quoique j’en ai les qualités ;-)). Je ne prétends pas élaborer une théorie ou une nouvelle méthode, juste partager mon vécu. Et comment j’ai dépassé ce « trouble » pour me connaître, m’accepter et me créer la vie qui me correspond. Ou plutôt découvrir qui j’étais et la vie que je devais mener. Assez jeune et souvent par la suite, j’ai vécu des périodes de déprime, de baisse de moral et de forme, des périodes de profond désespoir ou rien ni personne ne me faisait retrouver la joie.
D’un coup, tout semblait s’écrouler en moi et je perdais l’intérêt de ce qui me plaisait auparavant. Fatigue, insatisfaction, tristesse, perte de l’appétit, désespoir, désintérêt de la vie sociale, etc. Une mélancolie et une nostalgie d’un ailleurs prenait toute la place et je me laissais envahir par ce sentiment de désespérance et de noirceur. Pendant longtemps, j’alternais ces moments avec d’autres où tout semblait être oublié, et puis boum sans crier gare, je me voyais à nouveau sombrer. Fatigue pour moi, fatigue et incompréhension pour mon entourage. Je dois leur reconnaitre qu’avec du recul, cette instabilité est aussi inquiétante qu’usante. Mais je me sentais moi-même inquiète, incapable de comprendre et dénouer ce qui se passait.

Et puis, un jour, j’ai accepté de faire une séance de magnétisme, par une personne que l’on m’avait recommandé. Ce qui a été dit et fait a complétement changé ma perception des choses et de la vie ! Hasard ? Probablement pas … ;-) Par la suite, j’ai continué mes séances avec cette pratique, et avec d’autres, énergétiques, douces et holistiques. Les épisodes dépressifs ont continué mais à chaque fois je passais cela un peu plus vite et surtout on me donnait des clés de compréhension et des moyens pour me remonter. Petit à petit, j’ai réussi à déconstruire tout un système défaillant avec lequel je fonctionnais pour en reconstruire un autre plus solide et établi. J’ai dû me dégager de toutes mes croyances, de tous mes schémas limitants, de toute mon éducation, de tous mes traumatismes réels ou émotionnels.

Petit à petit, j’ai appris à me défaire ce qui ne me convenait plus et j’ai accepté de me connaître, de me reconnaître et de valoriser ce qui était bon pour moi, de ce qui ne l’était pas. Petit à petit, j’ai établi la confiance en moi, j’ai changé ma façon de penser, d’agir. Cela a également permis que je prenne conscience de ce que je disais, faisais, j’ai acquis une conscience de moi plus sereine, plus responsable. Cela n’a pas été simple, confortable ou agréable. Mais cela a été bénéfique et m’a permis de grandir.

Ma compréhension

Je crois qu’en cela la « dépression » est salutaire : elle est un signal du corps et de l’esprit pour manifester ce qui ne va pas. Elle est un signal de l’âme qui souffre et qui crie « eh, oh stop là ! » Elle indique la fin de quelque chose dont on doit se séparer ou quelque chose dont on doit prendre conscience. Si la prise de conscience ne se fait pas, si on ne comprend pas que l’on doit changer quelque chose alors la détresse prend plus d’ampleur.
Comme un petit enfant qui demande de l’attention en faisant des bêtises, un mal-être que l’on ne regarde pas ne fait que grandir. Bien sûr, les médicaments peuvent aider à retrouver de l’allant mais il ne faut pas compter que sur eux. Cacher le trouble et les symptômes ne permettent pas d’avoir cette compréhension plus profonde. Une recherche plus sérieuse des causes doit être entamée, et il en va de la responsabilité de chacun de mettre en place ce processus. Cela demande du courage, de la persévérance, de la foi et des larmes, aussi.

J’ai découvert la langue des oiseaux il y a quelques temps. C’est la technique de cryptage et de décryptage, donc de compréhension « en profondeur » des mots et de la langue française. Autrefois utilisée par les alchimistes qui tenaient à ce que leurs messages, techniques et découvertes ne soient accessibles qu’aux initiés.
Il existe différentes façons de décrypter les mots : avec l’étymologie, la décomposition, l’interversion, la symbolique. Lorsque l’on prend le temps de s’y intéresser avec attention, les sens révélés sont puissants de signification !

Ainsi, je citerais le scientifique, philosophe et astrologue Luc Bigé s’intéressant au mot dépressif, et en utilisant la lecture inversée, il en ressort « de si près du feu (f) ». Cela veut dire quelqu’un qui s’est senti si près du feu, de la lumière. Soit quelqu’un qui a un idéal et s’en est éloigné, apparait alors une nostalgie de cette lumière, une sensation d’être seul dans l’obscurité et un sentiment profond d’abandon. Symptômes qui se présentent et sont souvent ressentis durant cette période... Un état dépressif pourrait donc indiquer un besoin de retrouver sa lumière, son idéal, son essence, du sens.

Qu’en faire ?

Les raisons de ce troubles peuvent être multiples, la cause n’est probablement pas la même pour tout le monde. Ce qui est certain, c’est qu’une compréhension d’un fait amène à s’intéresser à autre chose, à ouvrir ses perspectives et ses connaissances.
Certaines portes se ferment, mais d’autres s’ouvrent aussi, plus joyeuses, plus lumineuses. Cela demande aussi de prendre le temps de s’arrêter, d’observer. D’ailleurs, dans ces moments douloureux, la seule possibilité qui se présente est de ne rien faire, de s’arrêter donc. Comment marcher en étant dans l’obscurité ?

A l’heure où la pratique de la méditation se répand, cette pratique est merveilleuse pour commencer à se poser et observer ce qu’il se passe. Me concernant, cette découverte a été incroyable et bouleversante et je l’ai désormais intégré dans ma vie quotidienne. Aujourd’hui les outils et techniques de découverte de soi sont nombreux et variés : chacun est libre d’essayer et de poursuivre ce qui lui convient le mieux. Thérapies classiques ou énergétiques, médecines douces, pratiques corporelles d’éveil, nouvelles méthodes de communication, le choix est là et c’est heureux.

Les informations et connaissances sont maintenant librement disponibles. J’irais même plus loin en affirmant qu’elles correspondent à un besoin, qu’elles sont indispensables. D’ailleurs nombre de ces praticiens ont dû eux même dépasser un certain nombre de troubles ou blocages pour en arriver là. Ils ont dû se réveiller…
Ils ont compris qui ils étaient et ce qu’ils devaient faire. Ils ont choisi la confiance et la joie en lieu et place de la peur et de la tristesse. Beaucoup se sont d’abord aidés eux-mêmes avant de pouvoir désormais aider les autres.  Ainsi que je le fais…


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.